boucher


boucher

1. boucher [ buʃe ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1272; a. fr. bousche « touffe de paille (pour fermer) »; lat. pop. °bosca « broussailles » ( bouchon), même rac. que bois
Fermer (une ouverture). clore, fermer , obturer. Boucher une bouteille ( bouchon; et aussi capsuler) . Boucher les trous d'un mur, les pores du bois. Boucher hermétiquement un vase, un récipient. luter. Boucher une voie d'eau. aveugler, colmater, étancher, tamponner. Boucher à fond. Se boucher le nez (en le pinçant),pour ne pas sentir une odeur. — Fig. Se boucher les yeux : refuser de voir. Se boucher les oreilles : refuser d'entendre.
Par ext. Tu bouches le passage. La rue est bouchée par un gros camion. barrer, bloquer, obstruer. Boucher une porte, une fenêtre. aveugler, condamner, murer. Ce mur bouche la vue. 1. cacher, intercepter. Fig. et fam. En boucher un coin, une surface (à qqn),l'étonner, le réduire au silence. clouer (le bec), épater.
Couvrir, obscurcir. De gros nuages bouchaient l'horizon.
SE BOUCHERv. pron. Une conduite d'eau, un carburateur qui se bouche. s'engorger.
⊗ CONTR. 1. Déboucher, ouvrir. ⊗ HOM. Bouchée. boucher 2. boucher, ère [ buʃe, ɛr ] n.
• fin XIIe bochier; mot gallo-roman, p.-ê. de °buccus « bouc », le boucher étant à l'origine chargé d'abattre les boucs
1Techn. Celui qui tue ou fait tuer les bœufs, les moutons et en vend la chair crue. chevillard.
2(1616 adj.) Fig. Homme cruel et sanguinaire. C'est un vrai boucher, en parlant d'un chirurgien maladroit ( charcutier) , d'un officier peu économe de la vie de ses hommes ( bourreau) .
3Cour. Marchand de viande de boucherie au détail; personne qui travaille dans une boucherie. étalier, arg. loucherbem. Aller chez le boucher. Acheter un rôti de veau, un gigot chez le boucher. Bouchère qui tient la caisse. Garçon boucher. Boucher charcutier, tripier, volailler. Tablier, couteau de boucher. Par ext. Boucher hippophagique, qui ne vend que de la viande de cheval.
4 Adj. La lucilie bouchère.

boucher verbe transitif (ancien français bousche, fagot, du latin populaire bosca, broussailles) Fermer, obturer une ouverture, un conduit, au moyen d'une matière, d'un objet qu'on applique, qu'on met en travers, etc. : Boucher une fissure avec du ciment. Boucher une bouteille. Obstruer un passage, un conduit, y gêner, y empêcher la circulation, l'écoulement : Vous bouchez l'entrée avec vos valises.boucher (expressions) verbe transitif (ancien français bousche, fagot, du latin populaire bosca, broussailles) Boucher un trou, combler un temps mort, un vide ou remplir une place laissée inoccupée. Boucher la vue, faire écran, empêcher de voir. Familier. En boucher un coin à quelqu'un, le surprendre, l'épater. ● boucher (homonymes) verbe transitif (ancien français bousche, fagot, du latin populaire bosca, broussailles) bouchée nom féminin boucher nom masculinboucher (synonymes) verbe transitif (ancien français bousche, fagot, du latin populaire bosca, broussailles) Fermer, obturer une ouverture, un conduit, au moyen d'une matière...
Synonymes :
Contraires :
- déboucher
Obstruer un passage, un conduit, y gêner, y empêcher la...
Synonymes :
Contraires :
- dégager
- libérer
boucher, bouchère nom (de bouc) Personne qui abat certains animaux d'élevage (bovins, ovins, porcins, caprins, équidés) pour les dépecer, les transformer et les débiter en vue de l'alimentation. Personne qui prépare la viande de ces animaux et la vend au détail. Homme sanguinaire, cruel. ● boucher, bouchère adjectif Se dit de l'aptitude des races d'animaux d'élevage à produire de la viande. ● boucher, bouchère (citations) nom (de bouc) William Shakespeare Stratford on Avon, Warwickshire, 1564-Stratford on Avon, Warwickshire, 1616 Soyons des sacrificateurs, non des bouchers. Let us be sacrificers, not butchers. Jules César, II, 1, Brutus boucher, bouchère (expressions) nom (de bouc) Garçon boucher, aide d'un boucher. ● boucher, bouchère (homonymes) nom (de bouc) bouchée nom féminin boucher verbeboucher, bouchère (synonymes) nom (de bouc) Homme sanguinaire, cruel.
Synonymes :
boucher, bouchère (homonymes) adjectif bouchée nom féminin boucher verbe bouchée nom féminin boucher nom masculin

Boucher, ère
n.
d1./d Personne qui abat le bétail, qui vend de la viande crue au détail. Un garçon boucher.
d2./d n. m. Fig., Fam., péjor. Chirurgien malhabile. Un vrai boucher.
————————
Boucher
(François) (1703 - 1770) peintre, graveur et décorateur français, auteur de scènes galantes, libertines, mythologiques ou allégoriques (Diane sortant du bain, Louvre).
————————
Boucher
(Hélène) (1908 - 1934) aviatrice française. Elle établit plusieurs records de vitesse.

I.
⇒BOUCHER1, verbe trans.
I.— [Avec une idée d'emplissage]
A.— [Le compl. d'obj. désigne un orifice, un creux souvent accidentel] Remplir, combler. Boucher un trou :
1. À l'étage supérieur, (...) on bouchait avec du plâtre les petits trous que les opérations précédentes avaient laissés.
FLAUBERT, L'Éducation sentimentale, t. 1, 1869, p. 250.
2. Il est possible que les Turcs, en convertissant la plupart des églises grecques en mosquées, aient fait combler ou boucher des cryptes...
A. LENOIR, Archit. monastique, t. 1, 1852, p. 360.
P. métaph. :
3. Mathématiciens, physiciens, philosophes et politiques ont, tous, les yeux hors de la tête; au lieu d'ouvrir des passages, ils bouchent tous les trous. « Avec un sac de plâtre, disait le maçon, on fait tenir pour dix ans une maison qui branle ». Ainsi, confondant les métiers, les penseurs plâtrent et replâtrent, ...
ALAIN, Propos, 1931, p. 990.
4. L'autre [Rodolphe] continuait à parler culture, bestiaux, engrais, bouchant avec des phrases banales tous les interstices où pouvait se glisser une allusion.
FLAUBERT, Madame Bovary, t. 2, 1857, p. 207.
5. ... eux-mêmes baptisaient du mot monstres leurs vers à l'état d'ébauche et de premier jet et où les trous sont bouchés avant la reprise et le parfait achèvement du travail par des mots sans signification.
E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1890, p. 1168.
1. Emplois spéc., DR., vieilli. Boucher les vues d'une maison. ,,Murer celles de ses fenêtres qui voient de trop près sur une propriété voisine, contrairement à la coutume, à la loi`` (Ac. 1835-1932).
Rem. Également attesté dans BESCH. 1845, Lar. 19e-20e, GUÉRIN 1892 et QUILLET 1965.
MAR. Boucher une voie d'eau. Synon. Aveugler une voie d'eau :
6. Le rocher, jusqu'à un certain point, bouchait l'avarie et gênait le passage de l'eau. Il faisait obstacle. L'ouverture désobstruée, il serait impossible d'aveugler la voie d'eau et de franchir les pompes.
HUGO, Les Travailleurs de la mer, 1866, p. 207.
TECHNOL. [Chez les doreurs] Boucher d'or moulu. ,,Réparer les ouvrages qui ont quelque petit défaut après avoir été brunis`` (LITTRÉ).
Rem. Également attesté dans BESCH. 1845, Lar. 19e, Nouv. Lar. ill. et GUÉRIN 1892.
2. Loc. fig. Boucher un trou
a) Remplir une place restée inoccupée ou devenue vacante (cf. bouche-trou) :
7. Impossible de l'oublier, on l'a trop vu; il habite dans l'imagination de chacun, (...) la maîtresse de la maison le trouve sous sa plume quand, dans sa liste d'invités, elle a besoin de boucher un trou.
TAINE, Notes sur Paris, Vie et opinions de M. F.-T. Graindorge, 1867, p. 183.
8. Madame de Gueldre fit de son mieux pour boucher les nombreux trous de la conversation languissante.
GYP, Une Passionnette, 1891, p. 240.
9. Je suis en train de déjeuner. On sonne. C'est le jeune Simond qui me sollicite pour boucher le trou que fait à l'Echo la désertion de Mendès et de Silvestre.
E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1895, p. 784.
P. transpos. abstr. :
10. Quelle digne femme que cette mère abandonnée, qui ne demandait rien, qui ne voulait rien accepter, qui était toute bardée de fierté blessée... et repinçait le gosse, en douce pour boucher les silences.
H. BAZIN, La Part du pauvre, 1954, p. 11.
b) Payer, rembourser une dette :
11. 333 000 fr. de droit d'auteur, cela bouchera juste tous les grands trous. Je n'aurai plus qu'à entamer le remboursement de ma mère, et après, ma foi, je serai bien à l'aise.
BALZAC, Correspondance, 1833, p. 393.
B.— P. ext.
1. [Le compl. d'obj. désigne une ouverture aménagée dans un bâtiment] Fermer :
12. La fenêtre, un volet la bouche;
...
T. GAUTIER, Émaux et camées, 1852, p. 63.
2. [Le compl. d'obj. désigne qqc. qui est vide ou qui apparaît comme tel]
a) [Dans l'organisme] En boucher un coin (pop.). Remplir l'estomac, le charger.
P. métaph. :
13. Pour les repas de corps, les noces, les festins,
Peut en boucher deux coins aux pires intestins,
Ou le ciel me confonde!
PONCHON, La Muse au cabaret, 1920, p. 119.
Emploi pronom. d'aut. :
14. Manger ... c'est s'approprier par destruction, c'est en même temps se boucher avec un certain être.
SARTRE, L'Être et le Néant, 1943, p. 706.
Fig. En boucher un coin, une surface à qqn. Le remplir d'étonnement :
15. « Oh! Ben alors! ... Oh! Ben alors! ... » Il était couillonné le gendarme de retrouver un piston pareil... « Ah! Ça c'est un particulier! ... » Il savait pas quoi conclure... ça lui en bouchait plusieurs coins...
CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 673.
b) [Concerne l'espace] Occuper. Le salon était plein ... des hommes, immobiles le long des murs, bouchaient les intervalles (ZOLA, Une Page d'amour, 1878, p. 893) :
16. Sur les pins plantés pour boucher les vides, les pousses de 1933 ont été rongées par les lapins alors qu'elles émergeaient de la neige, ...
LARBAUD, Journal, 1934, p. 304.
17. Sa beauté rayonnait sur un monde trop grand pour mon cœur et où ma place n'était prévue que pour boucher un coin, ...
J. BOUSQUET, Traduit du silence, 1936, p. 243.
Partic., néol. [Dans le domaine des phénomènes atmosphériques] Couvrir, obscurcir :
18. Philippe ne se remet pas tout de suite à faucher. Il souffle un peu, appuyé sur la faux, regarde si le temps ne menace pas, si des nuages ne bouchent pas l'horizon...
RENARD, Nos frères farouches, 1910, p. 186.
P. métaph. :
19. ... au lieu d'emplir le siècle de lumière, il [Hugo] a failli le boucher de la masse épaisse de sa rhétorique.
ZOLA, Doc. littér., Études et portraits, 1881, p. 70.
Emploi pronom. à sens passif [Le sujet désigne le ciel] Se couvrir, se charger de nuages, s'obscurcir. P. méton. [Le sujet désigne le temps] Se couvrir, devenir mauvais. Le temps va se boucher (GRACQ, Le Rivage des Syrtes, 1951, p. 241) :
20. Le ciel se bouchait de plus en plus. Une cavalerie de nuages galopait dans le jour tombant, en suivant les crêtes : du mauvais temps pour le lendemain.
POURRAT, Gaspard des Montagnes, La Tour du Levant, 1931, p. 267.
Au fig. Mais tout ce qu'il disait prenait un air faux, dit pour boucher du vide (POURRAT, Ibid., 1931, p. 84) :
21. D'ailleurs, les rayons poussaient toujours, on en avait essayé deux nouveaux en décembre, afin de boucher les vides de la morte-saison d'hiver : ...
ZOLA, Au bonheur des dames, 1883, p. 789.
22. Pour boucher bien vite cette lacune, je dirai très vite qu'aussitôt sorti du « dépôt » des Petits-Carmes, je fus mis, dans la même prison, en cellule, ...
VERLAINE, Mes prisons, 1893, p. 382.
II.— [Avec une idée d'obstacle]
A.— Faire obstacle au passage de quelque chose, en partic. d'un liquide.
1. [Le compl. d'obj. désigne une bouteille, un flacon...] Introduire un bouchon dans le goulot. Boucher une bouteille. Boucher un flacon à l'émeri (cf. bouchon à l'émeri également) :
23. Ayant rempli d'eau bouillante un flacon d'un litre, puis l'ayant hermétiquement bouché, il le renverse sur une cuve à mercure; l'eau une fois refroidie, il le débouche sous le métal, pour y introduire un demi-litre d'oxygène pur...
J. ROSTAND, La Genèse de la vie, 1943, p. 84.
P. anal. :
24. Je compte, au contraire, obstruer ce déversoir à son orifice, le boucher hermétiquement, ...
VERNE, L'Île mystérieuse, 1874, p. 171.
2. [Le sujet désigne une chose, le compl. d'obj. désigne un tuyau, une conduite, une canalisation...] Engorger, obstruer en gênant ou empêchant le passage de qqc., en partic. d'un liquide. Le chauffeur, (...) dit que le sable avait dû boucher le carburateur (CAMUS, L'Exil et le royaume, 1957, p. 1560).
P. métaph. :
25. ... enfin tout ce qui peut servir aux hommes, au lieu de leur boucher l'esprit, de les rendre superstitieux et de les aider à tuer le temps.
ERCKMANN-CHATRIAN, Hist. d'un paysan, t. 2, 1870, p. 388.
26. Les connaissances qu'on entonne de force dans les intelligences les bouchent et les étouffent.
A. FRANCE, Le Crime de Sylvestre Bonnard, 1881, p. 430.
Emploi pronom. à sens passif :
27. — Jamais contents les locataires, on dirait des prisonniers, faut qu'ils fassent de la misère à tout le monde! ... C'est leurs cabinets qui se bouchent... Un autre jour c'est le gaz qui fuit... C'est leurs lettres qu'on leur ouvre! ...
CÉLINE, Voyage au bout de la nuit, 1932, p. 334.
P. métaph. :
28. Vainement, Pierre s'efforça de l'instruire [le cardinal Sarno] de l'émouvoir, désolé de le sentir si fermé, si indifférent. Et il s'aperçut que cette intelligence, vaste et pénétrante dans le domaine où elle évoluait depuis quarante ans, se bouchait dès qu'on la sortait de sa spécialité.
ZOLA, Rome, 1896, p. 275.
Spéc., MÉD. [Le compl. d'obj. désigne un canal, un conduit naturel de l'organisme] Synon. oblitérer :
29. Les rapports anatomiques des fosses nasales et de l'arrière-gorge avec le conduit lacrymal permettent de rendre compte des divers accidents, (...) Rien ne prouve le moins du monde qu'il y eût carie; il y avait le conduit naturel que bouchait un obstacle incomplet, et cet obstacle cédait en partie si l'on pressait. De tels cas sont assez simples.
SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. 3, 1848, p. 114.
30. Un soir, à Mürren, par exemple. Au pied de la montagne, on boit vite une bière froide qui vous fracasse les tempes à bout portant. Le funiculaire part entre les mûriers. Peu à peu, les oreilles se bouchent, le nez se débouche; on arrive.
COCTEAU, Le Grand écart, 1923, p. 11.
31. Tant que l'expectoration peut libérer l'arbre bronchique des mucosités qui le bouchent, et tant que le cœur tient, l'animal peut vivre calmement et avec un exercice très modéré.
E. GARCIN, Guide vétér., 1944, p. 99.
Emploi pronom. à sens passif :
32. La phlébite, surtout visible à la jugulaire, se traduit par un engorgement chaud et douloureux sur une partie du trajet de la veine au bord inférieur de l'encolure. Au niveau de la plaie de saignée apparaît un peu de suppuration. Dans les cas graves, la veine peut se boucher complètement par un caillot assez long qui remonte vers l'auge.
E. GARCIN, Guide vétér., 1944 p. 193.
B.— P. anal. avec l'emploi supra II A 2
1. [Le compl. d'obj. désigne une voie de circulation] Encombrer, barrer en gênant ou empêchant le passage de quelque chose ou de quelqu'un :
33. ... il se produit alors comme un reflux dans toute la ligne, les bêtes épouvantées se pressent, s'empilent; non-seulement la rue est barrée, mais elle est bouchée, et l'on a devant soi une sorte d'obstacle confus, hérissé de jambes, surmonté de têtes, ...
FROMENTIN, Un été dans le Sahara, 1857, p. 141.
34. ... comme la Méchain bouchait la porte, il [Saccard] dut la bousculer, l'enjamber, pour sortir.
ZOLA, L'Argent, 1891, p. 313.
35. Les soldats de Crucha, s'étant retirés à la hâte, bouchèrent avec des quartiers de roches toutes les issues du monastère...
A. FRANCE, L'Île des pingouins, 1908, p. 144.
36. Un défilé d'hurluberlus (...) il en surgissait toujours d'autres! ... Ils bouchaient la circulation.
CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 531.
37. Pour les corps pesants, opaques, ceux qui vous bouchent l'entrée du métro ou vous froissent les côtes les soirs de feu d'artifice, je me fie à peu près [dans les statistiques] aux fonctionnaires de dénombrement...
A. ARNOUX, Paris-sur-Seine, 1939, p. 126.
P. métaph.
Boucher la voie, les routes ... à qqn. Semer, sur son chemin, des obstacles qui rendent sa progression difficile ou impossible :
38. Je ne connaissais qu'eux. Ils me fermaient l'horizon, ils me bouchaient le ciel, le cœur, toutes les avenues de la vie.
G. DUHAMEL, Chronique des Pasquier, Vue de la Terre promise, 1934, p. 240.
39. Ne vous obstinez pas dans ma direction; vous vous y épuiseriez. (...). Mais, si cette voie-vous est bouchée, elle n'est pas la seule.
MONTHERLANT, Les Jeunes filles, 1936, p. 931.
Boucher les issues à qqn. Lui fermer toute possibilité de faire quelque chose :
40. La période qui suivit fut pour Rambert à la fois la plus facile et la plus difficile. C'était une période d'engourdissement. Il avait vu tous les bureaux, fait toutes les démarches, les issues de ce côté-là étaient pour le moment bouchées.
CAMUS, La Peste, 1947, p. 1306.
Boucher (une carrière). Encombrer (une carrière) et en gêner ou en empêcher l'accès :
41. Nous sommes inondés de fils, enfin! On ne voit que cela : ils bouchent toutes les carrières; ce sont des survivances qui barrent tout... C'est que les mœurs, voyez-vous, défont terriblement les lois...
E. et J. DE GONCOURT, Renée Mauperin, 1864, p. 229.
Emploi pronom. à sens passif :
42. Puis toutes les carrières s'encombrent et se bouchent par cette vulgarisation des aptitudes, des capacités. Un jour viendra où il n'y aura plus que des têtes, des plumes. Nous marchons à n'avoir plus de bras...
E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1861, p. 871.
Boucher l'avenir (à qqn). Lui borner ou lui fermer ses perspectives d'avenir :
43. — C'est trop fort, grondait-il. On dirait que tout complote pour m'empêcher de percer, de prendre mon vol, de débuter avec éclat. On dirait que tout le monde se ligue pour me boucher l'avenir. Et voilà pourtant un bouquin qui devrait partir tout seul avec son titre épatant : le vent dans les voiles.
G. DUHAMEL, Chronique des Pasquier, Cécile parmi nous, 1938, p. 196.
Emploi pronom. à sens passif :
44. Un homme ... n'a pas le droit, sous peine de se boucher l'avenir, d'accepter certaines fonctions subalternes; il s'y dévalorise...
A. ARNOUX, Roi d'un jour, 1956, p. 202.
2. [Le mot est utilisé pour signifier qu'il est fait obstacle, dans les emplois concrets, au passage de qqc. jusqu'aux sens, et, dans les emplois figurés, au passage de qqc. jusqu'à la conscience].
a) Boucher la vue. Faire obstacle, faire écran au regard; empêcher de voir :
45. Maintenant, (...) on voyait une immense éclaircie, un coup de soleil et d'air libre; et, à la place des masures qui bouchaient la vue de ce côté, s'élevait, sur le boulevard Ornano, un vrai monument, ...
ZOLA, L'Assommoir, 1877, p. 737.
Au fig. :
46. Il s'agissait de bien faire tourner l'enquête : poser surtout Gilbert en victime et boucher ainsi la vue de ceux qui voudraient regarder le passé de trop près.
POURRAT, Gaspard des Montagnes, La Tour du Levant, 1931, p. 263.
Boucher les yeux de qqn (fig.). L'empêcher de s'apercevoir de quelque chose, lui masquer la réalité, l'aveugler :
47. [Josépha :] — ... Y a-t-il un de vous qui ait assez aimé une femme ... pour se laisser si bien bander les yeux qu'il n'ait pas pensé qu'on les lui bouchait afin de l'empêcher de voir le gouffre où ... on l'a lancé.
BALZAC, La Cousine Bette, 1846, p. 375.
48. Oh, quand j'étais dans ce pays, avec une figure où tous les passants pouvaient me lire et ma voix qui muait, et mes désirs qui me bouchaient les yeux... comme j'étais peu le maître de moi-même, et comme j'étais inconscient même de mon esclavage!
LARBAUD, A. O. Barnabooth, 1913, p. 299.
Emploi pronom., au fig. Se boucher les yeux. Refuser de voir les choses telles qu'elles sont :
49. C'était là l'évidence. Bien entendu, on pouvait toujours s'efforcer de ne pas la voir, se boucher les yeux et la refuser, mais l'évidence a une force terrible qui finit toujours par tout emporter.
CAMUS, La Peste, 1947, p. 1357.
P. méton. Boucher le jour. Le masquer, faire écran au passage de la lumière :
50. ... pendant que Buteau s'isolait dans un coin, contre le mur, et qu'Hyacinthe seul restait debout, devant la fenêtre, dont il bouchait le jour, de ses larges épaules.
ZOLA, La Terre, 1887, p. 26.
Au fig. Boucher l'horizon :
51. Mais le pire, quand on habite une prison sans barreaux, c'est qu'on n'a pas même conscience des écrans qui bouchent l'horizon.
S. DE BEAUVOIR, Mémoires d'une jeune fille rangée, 1958, p. 277.
b) Boucher ses oreilles (à qqc.). Les obturer avec ses doigts, sa main (pour ne pas entendre quelque chose). Fig. Ne pas vouloir entendre pour ne pas savoir; vouloir ignorer :
52. François ne pouvait se mentir plus longtemps, ni boucher ses oreilles à la rumeur qui montait.
RADIGUET, Le Bal du comte d'Orgel, 1923, p. 86.
Rem. Noter, sur ce modèle, un emploi d'aut. boucher son âme :
53. Il [l'artiste moderne] peint, il peint; et il bouche son âme, et il peint encore jusqu'à ce qu'il ressemble enfin à l'artiste et à la mode...
BAUDELAIRE, Curiosités esthétiques, 1867, p. 219.
Au fig., emploi pronom. Se boucher les oreilles :
54. ... mais elle fermait les yeux, elle se bouchait les oreilles, elle voulait ignorer la conduite de son mari au dehors.
BALZAC, La Cousine Bette, 1847, p. 24.
♦ [Sur ce modèle] Rare :
55. Dans la cuisine chaude où Léonie me bousculait tendrement, je me défendais de ces mauvais souvenirs, j'aurais voulu me boucher la mémoire.
AYMÉ, Le Vaurien, 1931, p. 186.
56. Parce que tu le veux bien que tu te bouches l'oreille, l'intelligence et la bonne foi, que tu te prêtes bénévolement à cette élasticité commode à l'espace.
A. ARNOUX, Le Seigneur de l'heure, 1955, p. 75.
Rem. Les expr. se boucher les yeux et se boucher les oreilles, qui rendent compte d'un même état d'esprit (refus de savoir, refus de la réalité, de l'évidence) se rencontrent associées :
57. Mais c'est le contraire, c'est exactement le contraire qui me frappe si fort. C'est notre immense bonne volonté à nous boucher les yeux et les oreilles. C'est notre lutte désespérée contre l'évidence.
SAINT-EXUPÉRY, Pilote de guerre, 1942, p. 308.
c) Boucher son nez, ses narines. Pincer son nez, comprimer ses narines, pour ne pas respirer quelque odeur désagréable.
P. métaph. :
58. ... mais la ferveur extasiée, l'aventure révolutionnaire ou religieuse bouchent les narines et rendent insensibles à la puanteur...
A. ARNOUX, Roi d'un jour, 1956, p. 120.
Emploi pronom. Se boucher le nez
P. métaph. :
59. Diable! Je n'ai rien de la vieille dame sentimentale, je veux regarder la réalité en face, et sans me boucher le nez, si elle pue.
LARBAUD, A. O. Barnabooth, 1913, p. 146.
Rem. On rencontre dans la docum. les composés a) Bouche-bouteilles, subst. masc. inv., néol., technol. Machine servant à effectuer le bouchage des bouteilles (cf. R. BRUNET, Le Matériel vinicole, 1925, p. 496; Lar. encyclop. et QUILLET 1965 qui écrit bouche-bouteille, subst. masc.; cf. d'autre part boucheur). b) Bouche-four, subst. masc., technol. Synon. de bouchoir (cf. L. VINCENT, George Sand et le Berry, 1919, p. 356). c) Bouche-nez, subst. masc. inv., mét. : ,,Masque de cuir percé de trous et quelquefois recouvert de filasse que, dans certaines fabrications ou manipulations, les ouvriers se mettent sur le visage pour se garantir contre les émanations dangereuses`` (GUÉRIN 1892; également attesté dans Ac. Compl. 1842, BESCH. 1845, Lar. 19e, LITTRÉ, Nouv. Lar. ill. et QUILLET 1965). d) Bouche-œil, subst. masc., fam., rare. ,,Somme d'argent que l'on donne à quelqu'un pour obtenir de lui qu'il ferme les yeux sur quelque chose, pour acheter son silence, sa complicité...`` Pour ne pas voir, il faut ou se boucher les yeux, ou avoir reçu un bouche-œil (L. DAUDET, L'Avant-guerre, 1913, p. 211) (attesté dans Lar. Lang. fr. et comme terme arg., sous la forme bouche(-)l'œil dans LARCH. 1880 : ,,Pièce de cinq, dix ou vingt francs dans l'argot des filles qui font allusion à la pantomime de certaines enchères`` et dans ESN. 1965 : ,,C'est une pantomime, pour se faire ouvrir une porte, de se poser une pièce d'or sur la paupière (campagnards, soldats, 1er Empire)``. e) Bouche-pores, subst. masc. inv., néol., technol. : ,,Préparation à base de gomme — laque et de matières plastiques, destinée au remplissage des pores du bois avant vernissage, des rainures de parquet, etc.`` (DUVAL 1959; cf. également Ch. COFFIGNIER, Couleurs et peintures, 1924, p. 744; Lar. encyclop. qui enregistre de plus bouche-porage : ,,Phase du vernissage du bois`` et bouche-porer : ,,Pratiquer le bouche-porage``).
PRONONC. :[].
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. a) Ca 1275 bouchiés (J. DE MEUNG, Rose, éd. Fr. Michel, 4301 dans T.-L.); b) 1694 boucher la vue à quelqu'un « faire écran » (Ac.); 2. ca 1610 fig. se boucher les oreilles « ne pas vouloir entendre » (RÉGNIER, Satires, II dans LITTRÉ); 3. a) 1690 part. passé adjectivé, fig. esprit bouché « esprit borné, obtus » (FUR.); b) av 1755 « (d'une pers.) inintelligent » (SAINT-SIMON, Mémoires, éd. Cheruel, t. IX, p. 141 dans Fr. mod., t. 17, p. 219).
Dér., avec dés. -er, de l'a. fr. bousche « poignée de paille, fagot », attesté lui-même dep. 1461 au sens de « botte de chanvre » (GDF.) et dès la 1re moitié du XIVe s. par son dér. bouchon; bousche est issu du lat. vulg. bosca « broussailles, faisceau de branchages », plur. neutre, à côté du masc. plur. bosci, v. bois.
STAT. — Fréq. abs. littér. :568. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 413, b) 976; XXe s. : a) 1 152, b) 846.
BBG. — BRÜCH 1913, p. 61.
II.
⇒BOUCHER2, ÈRE, subst.
I.— Boucher, subst. masc.
A.— Vieilli. Homme qui abat lui-même le bétail dont il vend ensuite la viande au détail :
1. « Madame, l'agneau est gras; voilà le boucher qui vient le demander : faut-il le lui donner? » Je me récriai, je me précipitai sur l'agneau, je demandai ce que le boucher voulait en faire et ce que c'était qu'un boucher. La cuisinière me répondit que c'était un homme qui tuait les agneaux, les moutons, les petits veaux et les belles vaches pour de l'argent. (...). L'idée de ces scènes horribles et dégoûtantes, préliminaires obligés d'un de ces plats de viande que je voyais servis sur la table, me fit prendre la nourriture animale en dégoût et les bouchers en horreur.
LAMARTINE, Les Confidences, 1849, p. 77.
2. A partir de 1931, des camions enlevaient la viande dans les tueries particulières des bouchers limousins pour la déposer devant l'étal des détaillants parisiens; ...
M. WOLKOWITSCH, L'Élev. dans le monde, 1966, p. 178.
Rem. De nos jours, l'abattage du bétail n'est autorisé qu'aux abattoirs où il est pratiqué par des tueurs également appelés, depuis peu, abatteurs de bestiaux (cf. ROB. Suppl. 1970).
P. anal., péj. [Le plus souvent en parlant d'un chef d'État ou d'armées]. Homme aux instincts sanguinaires, prodigue — ou du moins peu économe — de sang humain versé :
3. ... et ce que Jésus-Christ est pour l'église, Toussaint Turelure le sera pour moi, indissoluble. Lui, le boucher de 93, tout couvert du sang des miens, Il me prendra dans ses bras chaque jour et il n'y aura rien de moi qui ne soit à lui, ...
CLAUDEL, L'Otage, 1911, II, 2, p. 270.
4. Henri V était une sorte de boucher. Il disait qu'une guerre sans massacres ressemblait à de l'andouille sans moutarde, et il fit égorger les chevaliers français qu'il retenait prisonniers, après leur avoir ôté leurs armes.
GREEN, Journal, 1943, p. 37.
P. exagér., fam. Chirurgien, médecin peu adroit :
5. C'est Jude par un seul cheveu qui sauve et qui tire au ciel
L'homme de lettres, l'assassin et la fille de bordel.
Il est le médecin à moitié boucher qui fend comme avec un couteau
Le pécheur qui a le diable au corps et dont on n'aura l'âme qu'avec la peau.
CLAUDEL, Corona Benignitatis Anni Dei, 1915, p. 409.
B.— Usuel. Homme qui tient un commerce de viande au détail (infra II bouchère). L'étal, l'étalage d'un boucher. Un couteau de boucher. Le corps des bouchers :
6. ... il me faisait arrêter devant toutes les boutiques de boucher et, me montrant avec orgueil les longes de veau et les quartiers de bœuf, il me disait en souriant d'admiration : — N'est-ce pas qu'il est joli? Il abusa même de ma confiante innocence jusqu'à me mener au marché des viandes.
DU CAMP, En Hollande, 1859, p. 16.
7. ... le magasin est l'occasion d'un contact avec la campagne, renforcé très souvent par l'habitude des tournées : au passage, le boucher vend le beefsteak dominical, mais surtout il recense les lots des bêtes bientôt promises à la vente, au besoin il négocie un achat. L'idée d'abattre dans les régions de production et d'expédier la viande au lieu du bétail vif n'est pas nouvelle : ...
M. WOLKOWITSCH, L'Élev. dans le monde, 1966, p. 178.
Péj. [En tant que symbole d'un certain type humain] :
8. La scène du barbottage de la toilette, montrant le boucher dans l'homme du monde, avant qu'il ait endossé le plastron de soirée : c'est vraiment pas mal.
E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1889, p. 1060.
9. Dans ces yeux clairs surmontés de sourcils touffus, ce nez écrasé et cette barre formidable de la bouche tombante, prolongée par des rides profondes qui, du nez, rejoignent le menton, dans ce large visage plat, dans ce cou massif, il y a du boxeur, du dogue et du boucher.
MALRAUX, Les Conquérants, 1928, p. 36.
Garçon boucher. Aide du boucher. Ouvrier boucher.
P. métaph. :
10. Cuvillier-Fleury. Une certaine ignobilité de visage et d'esprit. Michiels a une idée, dit-il; c'est possible, mais il la porte au bout d'une pique. Ce sont les garçons bouchers de la littérature.
— Entrez dans la place l'épée nue, si vous voulez, et comme des gentilshommes, mais non pas le coutelas en main comme des valets de bourreau. Michiels, Pelletan : des critiques sans probité et sans pudeur...
SAINTE-BEUVE, Mes poisons, 1869, p. 33.
Boucher-charcutier. ,,Boucher (...) traitant également la viande de porc`` (Mét. 1955) (cf. viande de boucherie).
II.— Bouchère, subst. fém. Épouse du boucher (supra I B); femme qui tient un commerce de viande au détail (supra I B) :
11. Une des curiosités de Francfort qui disparaîtra bientôt, j'en ai peur, c'est la boucherie. (...). Les bouchers sanglants et les bouchères roses causent avec grâce sous des guirlandes de gigots.
HUGO, Le Rhin, 1842, p. 253.
12. Le lendemain, elle dit à Christophe que la bouchère voulait le voir. Il alla chez elle. Il la trouva à son comptoir, au milieu des cadavres de bêtes.
R. ROLLAND, Jean-Christophe, La Foire sur la place, 1908, p. 667.
ART CULIN. Loc. adv. À la bouchère ou, absol., bouchère :
13. ... le menu comportait ... des œufs aux rognons, dits « bouchère », dans un court-jus doré d'une perfection invraisemblable...
L. DAUDET, Vers le roi, 1920, p. 89.
Rem. Lar. 19e et Nouv. Lar. ill. mentionnent entre-côte à la bouchère, ,,Entre-côte grillée et servie sans autre assaisonnement que du poivre et du sel`` Côtelettes à la bouchère, ,,Côtelettes qui n'ont pas été parées, c'est-à-dire rognées`` (repris dans sa seconde partie par Lar. 20e).
Emploi adj. Néol. Viande bouchère. Synon. péj. de viande de boucherie :
14. Tout [dans le Triomphe de la mort, de Breughel] est rouge vin, noir verdâtre et du brun dés labours en dégel. Toutes ces couleurs sont les couleurs de l'intérieur d'un homme; des couleurs d'étal, de viande bouchère...
GIONO, Triomphe de la vie, 1941, p. 53.
PRONONC. :[], fém. [-].
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. Entre 1180 et 1190 bochier « celui qui tue les animaux destinés à la consommation » (Le Roman de Renart, éd. M. Roques, X, 9818-19); 2. ca 1220 bouciers « marchand de viande » (Huon de Bordeaux, éd. Guessard et Grandmaison, 4076-79); fin XIIe s. bouchiere (Aiol, éd. J. Normand et G. Raynaud, 2730-31); 3. a) ca 1270 bouciers « bourreau » (HUON DE CAMBRAI, St Quentin, éd. A. Langfors et W. Söderhjelm, 1533 dans T.-L.); b) 1668 « chirurgien maladroit » (LA FONTAINE, Fables, Le Cheval et le loup, Paris, Belles-Lettres, t. 1, 1934, p. 184).
Dér. de bouc; suff. -ier (réduit à -er parce que précédé d'une palatale); le boucher étant à l'origine chargé d'abattre des boucs. À rapprocher du lat. médiév. buccarius (buchariorium en 990 dans NIERM., s.v. bocharius), cf. l'ital. beccàio « boucher » dér. de bécco « bouc ». L'hyp. de EWFS2 selon laquelle buccarius serait (avec influence de bouc) un croisement entre bucola (glosé « qui immole les bœufs » dans CGL t. 2, p. 31, 29; lui-même adaptation de ce mot gr. d'apr. le lat. sacricola « prêtre qui assiste au sacrifice ») et macellarius « boucher », ne repose pas sur des bases solides.
STAT. — Fréq. abs. littér. :690. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 701, b) 1 015; XXe s. : a) 1 186, b) 1 076.
BBG. — DARM. Vie 1932, p. 61. — GOUG. Mots t. 1 1962, p. 218. — LEW. 1960, p. 210. — PERRET (D.). Termes d'adresse et injures. À propos d'un dict. des injures. Cah. lexicol. 1968, n° 12, p. 10. — SAIN. Sources t. 1 1972 [1925], pp. 15-16. — THOMAS (A.). Nouv. essais de philol. fr. Paris, 1904, p. 29.

1. boucher [buʃe] v. tr.
ÉTYM. V. 1275 au p. p. bouchiés; de l'anc. franç. bousche « touffe, poignée de paille (pour fermer) » (→ Bouchon); du lat. pop. bosca, pl. neutre « broussailles », même rac. que bois.
1 Fermer (une ouverture). Clore, fermer, obstruer, obturer. || Boucher toutes les issues. Barricader. Spécialt. || Boucher une bouteille ( Bouchon). || Machine à boucher les bouteilles : bouche-bouteilles ( Bouche-). || Boucher un tonneau. Bondonner. || Boucher les trous d'un mur ( Bouchement, mastic). || Boucher les fentes d'une pièce de bois avec de la futée. || Boucher hermétiquement un vase. Luter; lut. || Boucher un flacon à l'émeri. || Boucher les trous d'une poterie d'étain. Revercher.Boucher un vaisseau sanguin. Oblitérer.Boucher une voie d'eau. Aveugler, colmater, étancher, tamponner. || Boucher les fentes d'un navire avec de l'étoupe. Calfater; étouper. || Boucher avec une tape. Taper.Boucher les fentes d'une porte, d'une fenêtre. Calfeutrer.
1 À l'étage supérieur (…) l'on bouchait avec du plâtre les petits trous que les opérations précédentes avaient laissés.
Flaubert, l'Éducation sentimentale, II, III, Pl., t. II, p. 227.
2 (…) il est trop tard pour boucher les voies d'eau d'un navire lorsqu'il sombre (…)
Th. Gautier, le Capitaine Fracasse, t. I, 1.
Obstruer, laisser s'obstruer (involontairement). || Vous avez encore bouché le vide-ordures !
(Sujet n. de chose). || Des saletés bouchent le conduit, le tuyau, l'écoulement. Obstruer.
Boucher un conduit naturel. Oblitérer.
2 Rendre impraticable en obstruant. || Boucher le passage.(Choses ou personnes; sens passif). || Des déblais bouchent le passage, la fenêtre, la porte. Barrer, obstruer. || Il bouchait la porte, le passage.
2.1 Et servante et valet m'ont bouché le passage.
Molière, l'École des femmes, III, 4.
Boucher le passage à qqn.(Personnes; sens actif). || Il faudra boucher cet orifice, cette entrée. Condamner, murer. || Boucher une rue. Encombrer. || Boucher une percée sur une ligne de combat. Colmater.
(1694). Empêcher de voir. || Boucher la vue à qqn. Intercepter, offusquer. || Boucher le jour, la lumière, en faisant écran.
Loc. métaphorique. Boucher la route, la voie à qqn, le gêner, le barrer dans ses projets.
Loc. fig. Boucher l'avenir, l'horizon de qqn, borner ses chances de réussir.
3 Fig. (Du sens 1).Loc. fam. En boucher un coin à qqn, l'étonner, le réduire au silence. Clouer (le bec), épater.En boucher une surface à qqn (même sens).
2.2 Dites donc, ça vous en bouche un coin, mes enfants, s'exclama après que j'eus fini de parler Saint-Loup (…)
Proust, le Côté de Guermantes, Folio, p. 128.
2.3 Et elle finit entre haut et bas sur une expression triviale que jamais la baronne n'avait entendue. « Comme le langage est révélateur ! » songeait la vieille dame soudain calmée. Il arrivait parfois à sa fille de Paris et surtout à ses petits-enfants de risquer devant elle un mot d'argot, mais jamais ils ne se fussent servis d'une expression aussi vulgaire. Qu'avait-elle dit exactement ? « Ça vous en bouche un coin… » Oui c'est cela qu'elle avait dit.
F. Mauriac, le Sagouin, I.
2.4 Elle m'en bouche, comme on dit, une surface, pour continuer à m'exprimer un peu vulgairement.
A. Artaud, Lettres, 12 déc. 1931, Œ. compl., t. III, p. 239.
Vx. Boucher un coin, deux coins; en boucher un coin : se remplir l'estomac.
Boucher un trou. || On a besoin de toi pour boucher un trou, occuper une place laissée vacante. Bouche-trou, 2. || Cette somme bouchera les trous, comblera les déficits. || Boucher les trous d'un budget.
3 (…) les indemnités de guerre imposées au vaincu viendront, souvent, boucher les trous que la guerre même aura creusés dans les budgets militaires.
Louis Madelin, Hist. du Consulat et de l'Empire, t. VI, p. 65.
4 Obstruer (un conduit naturel).Boucher les yeux, les oreilles à qqn, l'empêcher de voir, d'entendre. || Boucher ses (propres) oreilles : ne rien vouloir savoir. Ignorer (→ ci-dessous Se boucher les oreilles). || Il bouchait ses oreilles aux nouvelles qui le gênaient.Boucher son nez, ses narines.
Se boucher le nez, pour ne pas sentir une odeur.
Fig. Se boucher les yeux : refuser de voir.(V. 1610). Se boucher les oreilles : refuser d'entendre. (Souvent associés). || Se boucher les yeux et les oreilles.
4 On a beau la prier,
La cruelle qu'elle est se bouche les oreilles,
Et nous laisse crier.
Malherbe, Consolation à M. du Périer.
5 (…) c'est exactement le contraire qui me frappe si fort. C'est notre immense bonne volonté à nous boucher les yeux et les oreilles. C'est notre lutte désespérée contre l'évidence.
Saint-Exupéry, Pilote de guerre, p. 308 (in T. L. F.).
5 Couvrir, encombrer, obscurcir. || Les nuages qui bouchent l'horizon.
——————
se boucher v. pron.
1 La conduite d'eau s'est bouchée. Engorger (s'), super.Le nez, les oreilles se bouchent.
2 Le temps, le ciel se bouche. Couvrir (se), obscurcir (s').
——————
bouché, ée p. p. adj.
ÉTYM. (V. 1275).
1 (En parlant d'une cavité). Comblé, rempli. || Un trou mal bouché.Avoir le nez bouché (par des mucosités). || Avoir les oreilles bouchées.(En parlant d'une voie). Fermé, obstrué. || Un chemin bouché, encombré.Fig. || Un avenir bouché.
(En parlant de ce qui contient un liquide). || Baignoire, lavabo bouchés, dans lesquels l'écoulement ne peut se faire normalement.
(Bouteille). || Bouteille bouchée, munie d'un bouchon. Par métonymie. || Du vin, du cidre bouché, en bouteilles bouchées (opposé à au tonneau).
6 Dans la campagne, le vin n'est que d'une seule qualité, mais il se vend sous deux espèces : le vin au tonneau, le vin bouché (…)
Balzac, les Paysans, Pl., t. VIII, p. 58.
Mus. || Tuyaux bouchés : tuyaux d'orgue fermés à une certaine hauteur pour obtenir un timbre un peu assourdi, voilé.Cor, trombone bouché, muni d'une sourdine. Plus cour. || Trompette bouchée.
2 (En parlant du temps). Brumeux, couvert, sombre. || Un ciel bouché, bas, très gris. || « Une grande nuit sans lune toute bouchée » (Giono, in T. L. F.).
Arts (peint.). || Ton bouché, sans transparence (peinture).
3 (1690). Fig. || Un esprit bouché. Borné, étroit, obtus.(Personnes). Vieilli. || Être bouché à qqch., à tout : inaccessible, indifférent.(XVIIIe). Mod. (Sans compl.). Imbécile. Obtus. || Bouché à l'émeri. || Il est complètement bouché, celui-là !
7 Je n'étais pas assez bouché pour ne pas sentir cela (…)
Rousseau, Rêveries…, 4e Promenade.
8 Lorsqu'il traitait un point de morale, il nous demandait notre sentiment sur l'avantage qu'il devait procurer aux Hommes; il l'exposait si clairement, que les plus bouchés donnaient leur décision.
Restif de la Bretonne, la Vie de mon père, p. 287.
CONTR. Déboucher, forer, ouvrir, percer. — (Du p. p.) Clair, dégagé, éclairé; fin, intelligent, ouvert, perspicace.
DÉR. Bouchage, bouchement, boucheur, bouchoir, bouchure.
COMP. 1. Déboucher, reboucher. Bouche-trou. — V. Bouche-.
HOM. Bouchée, 2. boucher, 3. boucher.
————————
2. boucher [buʃe] n. m.
ÉTYM. Fin XIIe, bochier, le Roman de Renart, au sens 1; boucier « marchand de viande », 1220; traditionnellement donné comme dér. de bouc, à l'origine « celui qui tue le bouc et vend sa viande »; cette orig. paraît invraisemblable à P. Guiraud qui rattache le mot à bouquer, bouter « frapper ». → Bouc.
1 Celui qui tue ou fait tuer les animaux destinés à l'alimentation humaine (bœuf, cheval, porc, mouton) et en vend la chair crue. Abatteur (de bestiaux), assommeur, tueur.
1 Il serait avéré, désormais, que les animaux destinés à notre nourriture, tels que moutons, bœufs, agneaux, chevaux et chats, conservent dans leurs yeux, après le coup de masse ou de coutelas du boucher, l'empreinte des objets qui se sont trouvés sous leur dernier regard.
Villiers de L'Isle-Adam, Tribulat Bonhomet, p. 64.
2 C'est le tango des bouchers de la Villette
C'est le tango des tueurs des abattoirs
Venez cueillir la fraise et l'amourette
Et boire du sang avant qu'il soit tout noir
Faut que ça saigne.
Boris Vian, les Joyeux Bouchers.
2 (V. 1220). Cour. Marchand de viande au détail (bœuf, cheval, mouton, porc, volailles). Loucherbem (1., argot); 1. bouchère. || Aller chez le boucher acheter de la viande. || Boucher-charcutier, spécialisé dans la viande de porc. Tripier. || Boucher hippophagique, qui ne vend que du cheval. || Boucher-volailler. || Apprentis, commis, garçon boucher : aides du boucher. || L'étal du boucher. || Boucher qui vend la viande en gros ou demi-gros. Chevillard; cheville. || Boucher qui tient un étal pour le compte d'un autre boucher. Étalier. || La boutique, le magasin du boucher. Boucherie. || Outils du boucher ( Couperet, couteau, hachoir, hansart, scie, tempe). || Allonge, croc, pendoir de boucher. || Fusil de boucher.Argot des bouchers. Loucherbem (2.).Lucienne et le boucher, pièce de Marcel Aymé.
tableau Noms de métiers.
3 Fig. et vx (v. 1270, bouciers). Bourreau.
(1616). Mod. Homme cruel et sanguinaire. || Les bouchers d'Auschwitz.Chef d'armée peu économe de la vie de ses hommes. || Le général Mangin fut surnommé « le boucher de Verdun ».
(1668). Vx. Chirurgien maladroit. Charcutier (fam.).
DÉR. 3. Boucher, 1. bouchère, boucherie. V. Loucherbem.
HOM. Bouchée, 1. boucher, 3. boucher.
————————
3. boucher, ère [buʃe, ɛʀ] adj.
ÉTYM. XXe (1941, Giono, in T. L. F.); de 2. boucher.
Comm. De boucherie. || Viande bouchère. || Race bouchère : race (d'animaux) qui produit de la viande, qui est élevée pour sa viande.
HOM. Bouchée, 1. boucher, 2. boucher. — (Du fém.) 1. et 2. Bouchère.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • boucher — 1. (bou ché) v. a. 1°   Fermer une ouverture, un passage. Des chariots bouchaient le passage. Le conduit était bouché par une pierre. On boucha les fenêtres. Boucher les jours, les vues d une maison, en murer les fenêtres.    Boucher la vue, l… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Boucher — bezeichnet eine Berufsspezialisierung des Ausbildungsberufs Koch, Boucher (Koch) Boucher ist der Familienname folgender Personen: Alexis Charles Boucher (1808–1885), kanadischer Maler Alfred Boucher (1850–1934), französischer Bildhauer Anthony… …   Deutsch Wikipedia

  • BOUCHER (F.) — Il est pour un artiste deux manières d’accéder à la célébrité: illustrer son époque en s’y conformant et lui donner le ton, ou bien l’ignorer en ce qu’elle peut avoir d’éphémère et pratiquer son art en toute indépendance. La disgrâce qu’en leur… …   Encyclopédie Universelle

  • Boucher — may refer to: *Boucher (surname), a family name (including a list of people with that name) *Boucher Institute of Naturopathic Medicine, a naturopathic medical college in Vancouver, BC *Boucher Manufacturing Company, an American toy company * R.… …   Wikipedia

  • BOUCHER (G.) — BOUCHER GUILLAUME (XIIIe s.) Orfèvre du grand kh n des Mongols dont l’aventure est rapportée par le franciscain Guillaume de Rubrouck dans son Itinéraire . Parisien d’origine, Guillaume Boucher émigre en Hongrie où il épouse une femme née dans le …   Encyclopédie Universelle

  • Boucher —   [bu ʃe], François, französischer Maler, * Paris 29. 9. 1703, ✝ ebenda 30. 5. 1770; war Schüler von F. Lemoyne. Nach einem dreijährigen Aufenthalt in Rom wurde er 1734 Mitglied der Akademie in Paris und als Günstling der Marquise de Pompadour… …   Universal-Lexikon

  • Boucher — Nom de métier, bien sûr. Une précision cependant : au début, le boucher était celui qui abat les boucs (en fait les chevreaux). Mais, très vite, ce nom s est substitué à l ancien maiselier (disparu au XVe siècle) pour prendre son sens actuel. C… …   Noms de famille

  • Boucher — (spr. Buscheh), 1) Jean, geb. um 1551 in Paris, war Rector der Universität u. Pfarrer zu St. Benoit daselbst. Als Anhänger der Ligue, welche die erste Versammlung in seiner Kammer, im Collegio zu Fortet, 1585 hielt, schrieb er u.a.: De justa… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Boucher [1] — Boucher (spr. būschē), François, franz. Maler, geb. 29. Sept. 1703 in Paris, gest. daselbst 30. Mai 1770, Schüler von Le Moine, bildete sich daneben aber auch nach Watteau, ging 1725 nach Rom, ward, nach Frankreich zurückgekehrt, 1734 Mitglied… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Boucher [2] — Boucher Crèvecœur de Perthes (spr. būschē krǟwkȫr dȫ pert ), Jacques, Gelehrter, geb. 10. Sept. 1788 in Réthel, gest. 5. Aug. 1868 in Abbeville, wurde von Napoleon I. zu zahlreichen Missionen nach Italien, Deutschland, Österreich und Ungarn… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Boucher — (spr. buscheh), François, franz. Maler, geb. 29. Sept. 1703 zu Paris, gest. 30. Mai 1770. Religiöse, mytholog. und allegorische Szenen in anmutiger, aber lüsterner Art: Diana nach dem Bade (1742, Paris), Leda, Triumph der Venus (1746, Stockholm) …   Kleines Konversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.